Pigalle

Marie La Rouquine

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp


Dans la ville minière, quand le train s'arrêta, sa peau blanche et fragile insultait les terrils.
Elle voyait des yeux blancs qui sortait du
noir, comme ceux d'africains, mais c'était la Lorraine.
Elle sortait du blanc de l'écume Bretonne,
transitée par paris au cœur des années folles, ramassée,
éduquée à peine sur le quai quand elle était venue y a deux ans de Quimper.
Mais le bordel de luxe ou le sûpre fragile, ça se termina mal pour Marie la rouquine
.Sa bouche gourmande, son sexe rougeoyant
lui laissaient quelques sous pour un train vers l'exil !

Plus de riches banquiers, direction le charbon, là où il y a du monde
le sexe prolétaire, sa peau blanche lissée par des mains douces et noires
lui rappelait ses 15 ans sous des mains brunes de terre.
Mais Paris s'oublie vite et la Bretagne aussi
dans ses yeux verts de rousse ne passaient plus jamais ni les pavés
ni la seine ni les plages de galets, mais les appliques de gaz et les casques allumés.

De Marie la rouquine un jour elle se transforma en Marie la Lorraine
l'égérie du charbons, sa peau devenue noire, satinence et reliefs
sous les caresses hâtives des mineurs de fond. de fond !

Canciones más vistas de

Pigalle en Abril