Chanson de la mort a l'aube

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp

Petite barque
sur la mer
affronte la tempête
vers le levant.

Quand tu deviendras
fleuve de crue,
sauras-tu
le passer à gué?

Prisonnier fuyant,
le lent regard
en nul asile
n'a de repos.

Les murettes cernent
la pauvreté
de mon rêve
de pluie sur les champs.

Si s'arrête la meule
courante, pourras-tu donc,
moule gisante,
peut-être tourner?

Songe de santal,
tout de velours.
Oh! la lointaine
neige de mains!

Dans mon attente
d'éveillé,
en grande crainte
du chien et loup
dame de l'aube
vient me chercher.


Autor(es): Salvador Espriu, Raimon

Las canciones más vistas de

Salvador Espriu en Diciembre