Semblable à celui qui jouît de son rêve

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp

Semblable à celui qui jouît de son rêve
et dont la jouissance vient d'une folle pensée,
j'ai comme lui l'imagination prisonnière
du temps passé, de telle façon qu'aucun autre bien n'y habite.
En sentant ma douleur aux aguets,
en sachant qu'il me faudra coucher dans ses mains,
l'avenir ne peut pas me fournir aucun bien.
Ce passe-là est ce qu'il y a de meilleur en moi.
Je ne me sens pas amoureux du temps présent
mais du passé, qui est fini et n'est plus rien.
En cette pensée je me complais et j'y prends plaisir,
mais dès que je la perds ma douleur devient plus forte,
comme il arrive à celui qui a été condamné à mort,
et qui le sait depuis longtemps, et se console,
et après on lui fait croire que la peine lui sera pardonnée,
et à la fin on le fait mourir sans aucun souvenir.
Plût à Dieu que ma pensée soit morte
et que je passe ma vie en dormant:
il vit mal, celui qui a sa propre pensée
pour ennemi, et qui lui rapporte de fâcheuses choses
et, quand elle veut lui rendre service avec quelque chose plaisante,
elle agit pareil à la femme dont l'enfant
en pleurant lui demande du poison,
et qui a si peu de bon sens qu'elle ne sait pas le lui refuser.
. . . . . . . . . . . . . . . . .
Pleine de sagesse, quand l'amour est très vieux,
l'absence est le ver qui le rend vermoulu,
si on n'y oppose pas la fermeté
et on n'arrête pas de croire le jaloux qui conseille.


Autor(es): Ausiàs March, Raimon

Las canciones más vistas de

Ausiàs March en Diciembre