Otargos

Cuiusvis Hominis Est Errare

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp


"la divination de l'être n'a jamais été inachevée. mon coeur se déchire, et du péché giele le sang!
Enfin, je dicte ma dernière litanie pour toi, pour toi le "saigneur" de mon esprit torturé.
Des nouvelles visions troublent mes pensées? est-ce la résiliation de cette aliénation assouvie?
Conneries oui... a présent je déserte les rangs du vicaire aveugle.
Je déterre les ruines des vertus de la lucidité. maintenant, je peux enfin savourer ma vengeance...
Ma vengeance d'être renié et banni!"

Derrière le col de ma tunique déchirée
Se cache l'entrave serrée d'une vie misérable.
Où la servitude exacerbee à enfante
L'ineffable souffrance d'une solitude inégalée.

Nul prophète ne peut désormais troubler ma sérénité.
Je chasse les faux archanges imposteurs messagers
Les ailes tranchées par la vérité je revis.
Esclave libère de la voix.
Ex-vassal de la divinité gardienne de ma virginité.

Inonde de mépris je réveille
Le plaisir qu'est cette sensation oubliée
La culpabilité enfouie.
L'extase du touche a complètement détruit.
La putain ligotée, je pénètre enfin la chair.

Crachant sur le visage de la brebis égarée;
La frustration accumulée de mon corps gonflé jaillie.
Souillant violemment les entrailles de la pucelle effrayée.
Sous le regard du voyeur, le dieu accusateur devient
Témoin du ravage immaculé de l'ascension de ma liberté.

Homines quod volunt credunt

Amen!


Autor(es): Dagoth / XXX