Shurik'n

Fugitif 2

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp


Identifiez-les, qui sont-ils? (ah)
Comment ils nous ont infiltré? (tu connais le team)
C'est le lieu de la planque, ambitieux
Un véritable engin de mort
Ces deux vont me rendre dingue
Il va falloir très vite s'occuper de ça
Je suis d'accord

Shurik'n:
Quand ça cogne ferme, tu le sais
Quand l'oreille pleure, tu le sais
Entend le débit, ça tu connais
Bombe a, c'est l'effet
Virulent, c'est un fait
Aucune magie, ni de fait
On dit les choses, comment c'est
Brut, c'est comme ça qu'on fait
Toujours droit comme les pyramides
La rage: Un art de vivre
Le reste est savamment dosé, le tout bien canalisé
Ils pensent qu'on va se poser quand le fantôme revient déguisé
Je garde l'oeil au viseur, même si le pays c'est zidanisé
Ici c'est le fond qui fait loi, le flow
L'applique, beaucoup de pratique
C'est là qu'est la voix, la théorie suffit pas
Les questions on s'en pose pas, du bénéfice y en aura
On sait déjà qui se gavera, donc des remords j'en aurai pas
Chaque jour j'essaye de faire un pas
C'est pas facile, mais si j'tente rien c'est l'oubli
Qui se pointe et le vide est pas très loin
Le malin se frotte les mains à l'idée
Que je puisse perdre pieds
Alors je fais gaffe ou je dépose
Espérant que ça va le faire chier

Coloquinte:
Rester libres loin des vices, des chaînes et des blocs
Rester libres loin des pitres, des guerres et des loques
Fugitifs dans l'esprit car le système nous dévore
Inutile d'essayer de nous formater, on se développe

T'inquiètes on se développe
Ce sont déjà des héros, pourquoi?
Tout comme le sable, insaisissables
Et où ils ont trouvé cette technique de service ultra sophistiquée?

Shurik'n:
Je vis pas perché sur un nuage et les pieds sur la terre
Retardataire, jamais, ils vont pas m'la faire à l'envers
Je suis pas grand chose c'est clair, juste une épine en travers
De leur gorge, opposant mes vers à tout leurs travers
Mon chemin c'est moi qui le fait, c'est moi qui l'éclaire
Très loin de leurs valeurs et de leurs crises identitaires
Moi j'dis que la vie c'est la mer et pas un fleuve tranquille
Au fond y'a dix grands blancs et tout le reste c'est que des sardines
Alors aussi petit qu'je sois, je laisse rien filer
Les mailles du filet, je m'en vais les ronger puis me faufiler
Le tout sans me faire filer, discret sans m'défiler
J'peaufine mon final avant qu'les squales me bouffent en faux-filets
Tant pis si je défie les écrits divins, céleste justice
Viens, regarde la notre, elle est pas effilée
Je lâche pas, il y a que les vaincus qui demandent la trève
J'dors pas, y'a que la sueur qui donne vie aux rêves

Coloquinte:
Rester libres loin des vices, des chaînes et des blocs
Rester libres loin des litres, des guerres et des loques
Fugitifs dans l'esprit car le système nous dévore
Inutile d'essayer de formater, on se développe


Autor(es): ,Samm