Joujou de Noël

Imprimir canciónEnviar corrección de la canciónEnviar canción nuevafacebooktwitterwhatsapp

Il fait bien froid dans la mansarde
Où la maman, pour son bambin
Ce soir encore, veille et s'attarde
Sur le travail qui doit gagner leur pain
Ce soir pourtant, c'est un beau soir de fête
Et dans la rue, on s'amuse et l'on rit
Voici Noël et déjà l'on achète
Mille joujoux pour la joie des petits.
Et la maman qui songe à son enfant
Est descendue de chez elle en disant

"Pourquoi donc mon petit n'aurait pas de joujou
Quand les autres en ont tant qu'ils brisent ?"
Et devant un bazar, à l'abri des regards,
Elle a pris un joujou au hasard
Pour qu'à l'heure où minuit sonne ses douze coups
Le bonhomme tout blanc que l'on attend partout
Apporte à son petit, comme un cadeau du ciel,
Le joujou du Père Noël !

La surprenant à l'étalage,
Voyant son geste, un employé
Pour s'expliquer selon l'usage
L'entraîne au commissariat du quartier
"Qu'avez-vous fait ? Réfléchissez, Madame,
C'est bien un vol, et voler pour si peu..."
Le commissaire a deviné le drame
Et de la mère il arrache un aveu.
"Pour mon petit, Monsieur, pardonnez-moi
Sans réfléchir, je m'étais dit pourquoi...

Pourquoi donc mon petit n'aurait pas de joujou
Quand les autres en ont tant qu'ils brisent ?
Ni le froid ni la faim, pour moi cela n'est rien
Mais l'enfant demandait un pantin
Pour qu'à l'heure où minuit sonne ses douze coups
Le bonhomme tout blanc semble venir chez nous
Je voulais lui donner, comme un cadeau du ciel,
Le joujou du Père Noël !"

Minuit là-bas, chantent les heures
Mais à la porte on a frappé
Qui peut venir en cette demeure
Pourtant tout bas quelqu'un lui dit "Ouvrez !"
Dans le logis de la pauvre ouvrière,
En barbe grise avec son capuchon,
Ce visiteur, c'est le bon commissaire,
Les bras chargés d'un pantin de carton
Le tout-petit dans son rêve l'a vu
Et le brave homme alors dit tout ému

"Pourquoi donc ce petit n'aurait pas de joujou
Quand les autres en ont tant qu'ils brisent ?
Madame, c'est bien peu, vous êtes malheureux
Acceptez ce pantin, je le veux"
Et pendant que minuit sonnait ses douze coups
Il dit "Ne volez plus désormais, je le veux, voyez-vous,
Il aura malgré tout, comme un cadeau du ciel,
Le joujou du Père Noël"

Canciones más vistas de

Sylva Berthe en Agosto