PAULINE JULIEN


Fecha de nacimiento:
23 de mayo de 1928
Fecha de fallecimiento:
01 de octubre de 1998

Sumario
Trovapedia
Canciones compuestas por
Pauline Julien
Cancioneros con canciones
de Pauline Julien
Escúchalo en Apple Music
Pauline Julien (Trois-Rivières, le 23-05-1928 au Québec - Montréal, le 1-10-1998 au Québec) était une chanteuse, autrice-compositrice et actrice québécoise. Elle a acquis une grande notoriété au Québec, en France ainsi que dans le Canada anglophone. Elle est une icône de la chanson québécoise, en plus d'être une figure souverainiste et féministe importante au Québec.


Biographie



Pauline Julien, née Pauline Bibiane Julien, fille d'Émile Julien et de Marie-Louise Pronovost. est la cadette d'une famille de onze enfants, établie à Trois-Rivières et plus tard à Cap-de-la-Madeleine. Son père Emile était cousin germain de Maurice Duplessis. L'un de ses frères, André, a été maire de Cap-de-la-Madeleine jusqu'en 1960.

Julien épouse l'acteur Jacques Galipeau en 1950 avec lequel elle aura eu deux enfants. Elle est d'abord comédienne dans des troupes de théâtre de Québec et de Montréal, puis fait un séjour de six ans à Paris, de 1951 à 1957, grâce, notamment, à une bourse de Maurice Le Noblet Duplessis. Elle y fait du théâtre, mais c'est en tant que chanteuse qu'elle se fait remarquer. Elle entame alors une carrière de chanteuse dans les cabarets, ainsi qu'à la télévision et à la radio française. Elle y interprète alors des chansons (entre autres) de Léo Ferré, de Boris Vian et de Bertolt Brecht. Elle est aussi la première à interpréter Gilles Vigneault en France.

Julien vit entre Montréal et Paris de 1957 à 1961, puis reprend rapidement le chemin de la scène dans le circuit des cabarets montréalais. En 1958, on la retrouve au Cabaret Saint-Germain-des-Prés de Jacques Normand, le rendez-vous montréalais de la chanson française.

Après sa séparation d'avec Jacques Galipeau, elle rencontre en 1961 le poète, journaliste et homme politique Gérald Godin, qui devient son compagnon l'année suivante et ce pendant plus de 30 ans, jusqu'au décès de celui-ci en 1994, à la suite d'une longue lutte contre le cancer du cerveau.

À son retour à Montréal, en 1962, elle présente à son public son premier disque Enfin... Pauline Julien. Deux ans plus tard, c'est avec une chanson de Gilles Vigneault, intitulée Jack Monoloy, qu'elle gagne le deuxième prix au Festival de Sopot, en Pologne. C'est le début d'une grande carrière pour la chanteuse, qui se produira sur les plus grandes scènes d'Europe et du Canada jusqu'à la fin des années 1980. Elle chantera également en URSS, en Afrique et en Amérique latine.

À partir de la fin des années 1960, le répertoire de Pauline Julien se compose presque uniquement de chansons d'auteurs québécois, tels que Gilbert Langevin, Jean-Paul Filion et Raymond Lévesque. Elle commence à écrire les textes de quelques-unes de ses chansons en 1968. Au cours des 10 années suivantes, la musique de ses chansons sera composée par François Dompierre, Claude Dubois, Michel Robidoux, Stéphane Venne, , Pierre Flynn, Gerry Boulet, Gaston Brisson, François Cousineau et Jacques Marchand, les trois derniers étant ses directeurs musicaux à un moment ou à un autre. Elle compose également des chansons sur des paroles de Michel Tremblay.

Dans les années 1980, Julien développera une grande complicité avec l'autrice-compositrice-interprète française Anne Sylvestre, dont elle a fréquemment interprété certaines chansons, notamment Non, tu n'as pas de nom et Une sorcière comme les autres. Les deux artistes montent un spectacle en collaboration avec la poétesse Denise Boucher qui sera présenté au Québec et en Europe pendant plus de deux ans, sous le titre Gémeaux croisées.

Julien continue parallèlement à jouer au théâtre dans les années 1980, jusqu'au début des années 1990, dans des pièces comme Grandeur et décadence de la ville de Mahogonny de Brecht-Weill (1984) ou La Maison cassée de Victor-Lévy Beaulieu (1991).

En plus du théâtre et de la chanson, Pauline Julien aura aussi apporté sa contribution au cinéma en étant de la distribution des films Bulldozer de Pierre Harel, La Mort d'un bûcheron de Gilles Carle et de quelques autres productions. Dans les années 1990, elle aura eu le temps de participer à une mission humanitaire au Burkina Faso et de s'adonner à l'écriture romanesque avec son ouvrage Il fut un temps où l'on se voyait beaucoup, paru à l'été 1998.

Atteinte d'aphasie dégénérative à partir des années 1980, elle se retire progressivement de la scène, et, ayant perdu son compagnon, ne pouvant plus chanter ni jouer, elle se suicide le 1|10|1998|23|05|1928|au Québec.

Le fonds d'archives de Pauline Julien est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.


Engagement politique



À son retour au Québec, au tournant des années 1960, Julien commence à défendre la cause souverainiste et devient une figure importante du mouvement indépendantiste du Québec. C'est en 1964 qu'elle aurait pris sa première position politique publique en refusant de chanter pour une cérémonie organisée en honneur de la reine Élisabeth II. En 1969, elle provoque un scandale qui fait le tour du monde en interrompant le discours du secrétaire d'État canadien, lors d'une conférence ministérielle sur la Francophonie au Niger, avec un « Vive le Québec libre » sonore, parce que le ministre canadien, parlant de la francophonie, omettait de mentionner le Québec.

Pauline Julien et son conjoint Gérald Godin font partie des centaines de personnes arrêtées et emprisonnées durant les évènements d'octobre 1970, en vertu de la Loi sur les mesures de guerre, en raison de leurs allégeances politiques. C'est aussi à partir des années 1970 que Pauline Julien commence à défendre la cause féministe. En général, elle se défendait de faire de la politique partisane et se disait plutôt citoyenne engagée.

Selon la cinéaste Pascale Ferland, qui a réalisé un documentaire sur l'artiste, « Pauline Julien était une femme étonnamment d’avant-garde. Il y avait beaucoup d’artistes qui chantaient pour l’indépendance [du Québec] à cette époque, c’était en vogue, mais au-delà de ça, elle prenait vraiment position pour les femmes, pour les démunis et militait pour les travailleurs. »

L'échec du référendum de 1980 aurait profondément affecté la chanteuse. C'est peu de temps après qu'elle commence à être atteinte d'aphasie.

Dans les dernières années de sa vie, elle continue à s'impliquer pour des causes humanitaires, en se rendant notamment au Burkina Faso et au Rwanda.


Héritage et influence



Pauline Julien et son conjoint Gérald Godin sont les sujets du documentaire Québec... un peu... beaucoup... passionnément... réalisé par Dorothy Todd Hénaut en 1989, sur le mouvement indépendantiste du Québec.

Un spectacle-hommage intitulé La renarde : sur les traces de Pauline Julien a eu lieu lors des Francos 2018 pour souligner les 20 ans de la mort de la chanteuse. Pauline Julien a aussi fait l'objet de nombreuses pièces de théâtre.

En 2018, la cinéaste Pascale Ferland réalise le documentaire Pauline Julien, intime et politique, qui brosse le portrait de la chanteuse et le rôle notable qu'elle a joué dans la lutte pour l'indépendance du Québec.

Le Centre des arts de la scène Pauline Julien, la salle de spectacles Pauline Julien et le Centre Pauline-Julien, dédié à la francisation des adultes immigrants, ont été nommés en son honneur. Elle possède également une rue à son nom, à Montréal.


Discographie



Albums studio

  • 1962 : Enfin... Pauline Julien
  • 1963 : Pauline Julien
  • 1964 : Solidad et Barbarie [pour enfants]. Pauline Julien. HFL-8002.
  • 1965 : Pauline Julien chante Raymond Lévesque
  • 1966 : Pauline Julien chante Boris Vian
  • 1967 : Suite québécoise
  • 1969 : Comme je crie, comme je chante… (textes de Gilbert Langevin)
  • 1971 : Fragile
  • 1972 : Au milieu de ma vie, peut-être la veille de...
  • 1973 : Aller voir, vous avez des ailes
  • 1973 : Pour mon plaisir... Gilles Vigneault
  • 1974 : Licence complète
  • 1977 : Femmes de paroles
  • 1978 : Mes amies d' filles
  • 1978 : Les Sept Péchés capitaux
  • 1980 : Fleur de peau
  • 1980 : Je vous entends chanter
  • 1982 : Charade
  • 1984 : Où peut-on vous toucher ?

Albums en public

  • 1964 : Pauline Julien à la Comédie canadienne
  • 1975 : Pauline Julien en scène
  • 1976 : Tout ou rien (récital Brecht enregistré en public)
  • 1988 : Gémeaux croisées (avec Anne Sylvestre)

Compilations

  • 1993 : Pauline Julien (Collection Québec Love)
  • 1996 : Pauline Julien
  • 1997 : Brecht & Weill
  • 1998 : Au temps des boîtes à chansons
  • 1998 : Les Années de la Butte à Mathieu
  • 2001 : Rétrospective


Filmographie



  • 1964 : Fabienne sans son Jules
  • 1964 : La Terre à boire : Diane
  • 1967 : Entre la mer et l'eau douce : Elle-même
  • 1971 : La Nuit de la poésie 27 mars 1970
  • 1973 : La Mort d'un bûcheron : Charlotte Juillet
  • 1974 : Bulldozer : Mignonne Galarneau
  • 2018 : Pauline Julien, intime et politique (long-métrage documentaire), réalisé par Pascale Ferland


Livres



  • 1985 : L'Échappée belle, Népal (Montréal 1985), écrit en collaboration avec Denise Hébert
  • 1998: Pauline Julien, Il fut un temps où l'on se voyait beaucoup: Suivi de Lettres africaines et de Tombeau de Suzanne Guité, Lanctôt édition.
  • 2009 : La renarde et le mal peigné; Fragments de correspondance amoureuse 1962-1993, Pauline Julien et Gérald Godin, Montréal, Leméac Éditeur.
  • 2019 : Ton métier, le mien, le Québec : fragments de correspondance amoureuse et politique 1962-1993, Pauline Julien et Gérald Godin, Montréal, Leméac Éditeur.


Honneurs



  • 1962 - Second prix au Festival de Sopot
  • 1965 - Trophée de la Meilleure Diseuse au Gala des Artistes
  • 1970 - Grand Prix du disque Charles-Cros, Suite québécoise
  • 1975 - Prix Calixa-Lavallée
  • 1985 - Grand Prix du disque Charles-Cros, Où peut-on vous toucher ?
  • 1994 - Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France
  • 1997 - Chevalier de l'Ordre national du Québec


Bibliographie



*
  • Desjardins, Louise, Pauline Julien La vie à mort, Montréal, Leméac, 1999, 434 p.
  • Pauline Julien, Il fut un temps où l'on se voyait beaucoup: Suivi de Lettres africaines et de Tombeau de Suzanne Guité, Lanctôt édition, 1998, 166 p..
 El contenido de este artículo ha sido extraído total o parcialmente de la Wikipedia en francés bajo licencia Creative Commons.

 










 
PUBLICIDAD
PUBLICIDAD

 

LO + EN CANCIONEROS.COM

 

HOY DESTACAMOS
Óbito

por Dailos González Díaz el 03/05/2020

El cantautor Hamid Cheriet, más conocido como Idir, icono de la música en lengua amazigh, falleció el pasado 2 de mayo en París a la edad de setenta años.

HOY EN PORTADA
Novedad discográfica

por Leandro Piragini el 06/05/2020

Con enorme sorpresa descubro la publicación en Spotify, fechada el pasado 1 de mayo, del concierto que dieron los trovadores cubanos Santiago Feliú y Frank Delgado el 28 de diciembre de 2012, en la sala "Raquel Revuelta" de La Habana, con motivo del 40º aniversario del nacimiento del Movimiento de la Nueva Trova.

 



© 2020 CANCIONEROS.COM

Notas legales

Qué es cancioneros
Aviso legal
• Política de privacidad

Servicios

Contacto
Cómo colaborar
Criterios
Estadísticas
Publicidad

Síguenos

   

cancioneros.com/letras
Acceso profesional