MARCEL LEGAY


Marcel Legay par Henri-Gabriel Ibels (1893).
Marcel Legay par Henri-Gabriel Ibels (1893).

Fecha de nacimiento:
08 de noviembre de 1851
Fecha de fallecimiento:
15 de marzo de 1915

Sumario
Trovapedia
Canciones compuestas por
Marcel Legay
Cancioneros con canciones
de Marcel Legay

Marcel Legay (8 novembre 1851 à Ruitz-15 mars 1915 à Paris), de son vrai nom Joseph Arthur Jacques Legay, était un chansonnier français

Il était surnommé « le barde au bouc noir » ou encore le « chauve chevelu ». Il est considéré comme le précurseur des chansonniers de Montmartre.


Biographie



Marcel Legay est issu d'une famille de porions dans le Pas-de-Calais. À la suite de la déclaration de la guerre franco-allemande de 1870,
il s'engage au à pied, puis termine son service dans la musique du d'infanterie de Lille en tant que clarinettiste.

Il part ensuite s'installer à Paris en 1876 où il commence à chanter et vendre ses chansons dans les rues de Montmartre et du quartier latin.

Vers 1881 il commence à chanter au Chat Noir alors que celui-ci venait d'ouvrir ses portes. Il rejoint le groupe des hydropathes, qui a fait de ce cabaret son lieu de prédilection.
Il côtoie à cette période Aristide Bruand, Eugénie Buffet et Alphonse Allais.

En 1882 il met en musique la Chanson du semeur, chanson engagée de Jean-Baptiste Clément (connu pour Le Temps des cerises) à l'Eldorado

En 1885 il ouvre le cabaret de la Franche Lippée rue des Abbesses où l'on met en musique des pages de prose tirées de Maupassant, Hugo, Louise Michel. Il se produit souvent dans différents cabarets comme les Quat'z'arts, le Chien Noir, le Lapin Agile, le moulin de la galette. Il ouvrira plusieurs cabarets : l'Alouette (1899), le cabaret du Grillon (190?), les Noctambules (1904). Il est très ami avec Jules Jouy, compose beaucoup de musique pour Maurice Boukay dont celles publiées dans le livre Chansons rouges (Flammarion-1896)

Quelques chansons resteront populaires:
  • "le bleu des bleuets" (paroles E.Haraucourt) chanté par Georges Brassens ou Mathé Altéry.
  • "Écoute ô mon cœur" (1904) aussi appelée chanson du pays d'Artois.
  • "Va danser" enregistré en 1936 par Édith Piaf
La plupart des illustrations de ses chansons sont l'œuvre de Théophile Alexandre Steinlen.

Il se mariera avec Berthe Duthier.

Il meurt le 15 mars 1915 . Il repose avec sa femme au cimetière Saint-Vincent.
vignette|Tombe de Marcel Legay (cimetière Saint Vincent)


Ses œuvres



  • 1886 Toute la gamme (ed brandus) 15 chansons
  • 1887 Les rondes du valet de carreau (Marpon et Flammarion, Texte George Auriol, illustration Steinlein) / (réédition 1910, éd. librairie de la bonne chanson)
  • Le valet de carreau
  • Chanson du roy et de la reine
  • La poupée
  • La petite bobotte
  • Le marchand de sable
  • Buvons du lait
  • Chanson des adieux
  • La chanson des fous
  • Chansons du peuple (ed Enoch) texte de M. Boukay/illustration Steinlein
  • Première série
  • ?
  • La chanson du myosotis
  • ?
  • ?
  • ?
  • ?
  • Chanson de l'hyménée ( voix élevées)
  • Deuxième série
  • La chanson de Messidor
  • La chanson de Brumaire
  • La chanson de germinal
  • La chanson de Ventôse
  • La chanson de fructidor
  • La chanson de Prairial (voix élevées) / 6bis. la même (pour voix grave)
  • 1895 Chansons cruelles chansons douces (poèmes d'André Barde, ed. Paul Ollendorff)
  • Le bouquet
  • Chanson de fou
  • Turlurette
  • La dame aux yeux crevés
  • Ton cimetière
  • Le bouclier en peau de femme
  • Représailles
  • Sujétion
  • Dernier madrigal
  • La terrible vengeance
  • Le portrait
  • Attente
  • Vampirisme
  • Hypocrisie
  • Les 3 corbeaux
  • Malgré tout!
  • Le cadavre
  • Purification
  • Mépris
  • Au long des haies
  • Ton rire
  • Le ruisseau
  • Aumone
  • Nostalgie d'autrefois
  • Lied platonique
  • Ton sein
  • Chanson d'automne
  • Chanson d'hiver
  • Ta peau
  • Au soleil
  • Coin du feu
  • La gloire du mensonge
  • Avatar
  • , 1896, Flammarion, texte de M. Boukay/illustration Théophile Alexandre Steinlen
  • Chanson de Misère
  • Chanson du Rémouleur
  • Chanson de l’Oubli
  • Chanson de l’Aiguille
  • La Forêt rouge
  • La Vigne rouge
  • La Cité rouge
  • Le Moulin rouge
  • Noël rouge
  • La Voleuse
  • Les quatre Dames
  • La Chanson du pauvre chanteur
  • L’Agonie de l’Artiste
  • Nocturne rouge
  • Aubade rouge
  • Fermez la porte
  • En face
  • Les Ventres
  • Chanson de Nature
  • Le Mot passé
  • La Dernière Bastille
  • La Chanson du Laboureur
  • Le Lys rouge
  • Les Chardons
  • Les Pissenlits
  • Chanson des Maréchaux
  • Et puis après
  • Le roi Plutus
  • L’Homme de bronze
  • Tu t’en iras les pieds devant
  • La Madeleine
  • La Femme libre
  • Le Coq rouge
  • Reine du Monde
  • L’Étoile rouge
  • Le Soleil rouge
  • 1896 Chansons de cœur (ed. Ollendorff, poésie d'Emile Antoine, couverture Steinlein)
  • 1898 Chansons Fragiles (ed Flammarion, poèmes de Paul Romilly)
  • 1900 Les ritournelles (ed Baudoux, poèmes de Paul Moselle), réédition en 1915 ed. Vanier : 20 chansons
  • (?) Les chansons nouvelles (Ed. Enoch poèmes de Emile Antoine, Andre Barde, Maurice Boukay, J-L Croze, Leon Durocher, L Hérel, Paul Marroc, Henri Murger, Camille Soubise) : 15 chansons (dont 4 Les cloches / 8 pourquoi files-tu)
  • 1906 le Chansonnier Marcel Legay ; Les dix plus grand succès
  • La Musique pour Tous (portrait dessiné par Lucien Victor Guirand de Scevola).
  • Chanson de Fou (paroles de André Barde) / Et voilà pourquoi Madeleine ou l'école buissonière (paroles de Léon Durocher) / le Bleu des Bleuets (paroles de Edmond Haraucourt)
  • le chapelet d'amour (paroles de Villemer et H.Ryon) / Jean-Pierre (paroles de Richepin)
  • le serment trahi (paroles de G. Montoya) / premier aveu (paroles de Marcel Legay) / les muguets blancs (paroles de Jehan Sarrazin)
  • Y a d'la gloire (paroles de Léon Durocher) / mes moutons (poésie de Charles Quinel)
  • Autres chansons:
  • Sur des textes de Léon Durocher : le marchand de clous d'or (1903) / la Montmartroise
  • de ses propres textes : Écoute ô mon cœur (ed Braun-Philippo 1904) / l'heure du rendez vous ( illustration Steinlein)
  • À la dérive (collection Grimaud, poème de Jean Richepin, 1889) / Mes moutons (texte Charles Quinel.ed joubert) / Le gueux (?) / La chanson des couleurs ( texte Y. Lug) /
  • La sainte bohème (ed. imprimerie des annales, 1894,texte Théodore de Banville) / Sans rien dire ( texte Moselle, ed. Rouart)
 El contenido de este artículo ha sido extraído de la Wikipedia en francés bajo licencia Creative Commons.

 










 
PUBLICIDAD
PUBLICIDAD

 

LO + EN CANCIONEROS.COM

 

HOY DESTACAMOS
Gira por los barrios

el 22/05/2018

El próximo concierto de la gira de Silvio por los barrios será el jueves 24 de mayo, a las 19:00 en el parque Carlos Aguirre, en la esquina de Mazón y Valle (Consejo Popular Príncipe, municipio Plaza de la Revolución).

HOY EN PORTADA
Nuevo cancionero y discografía

el 22/05/2018

Presentamos el quinto de nuestros cancioneros y discografías anunciados en el marco de nuestro vigésimo aniversario. María Dolores Pradera siempre ha reivindicado —incluso cuando no estaba de moda— la obra de los grandes autores populares hispanoamericanos, desde José Alfredo Jiménez a Chabuca Granda, pasando por Atahualpa Yupanqui o Carlos Cano. Hoy la reivindicamos a ella.

 



© 2018 CANCIONEROS.COM, CANDIAUTOR 2010 SL

Notas legales

Qué es cancioneros
Aviso legal
• Política de privacidad

Servicios

Contacto
Cómo colaborar
Criterios
Estadísticas
Publicidad

Síguenos

   

 

Acceso profesional